fbpx Marie-Ève Maillé | Réseau des femmes en environnement
Aller au contenu principal
x

Marie-Ève Maillé

 

En 2019, le Réseau des femmes en environnement a rendu hommage à Marie-Ève Maillé pour ses réalisations et son implication en environnement.

 

Marie-Ève Maillé

 

Marie-Ève Maillé est spécialisée dans l’évaluation des impacts sociaux et de l’acceptabilité sociale des grands projets. Elle est également professeure associée au Centre de recherche interdisciplinaire sur le bien-être, la santé, la société et l’environnement (CINBIOSE) à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Elle a consacré sa thèse de doctorat en communication à l’analyse de la division sociale causée par un projet éolien controversé dans le Centre-du-Québec, le projet éolien de l’Érable. Sa thèse a été déposée en preuve dans un recours collectif intenté par les citoyens et les citoyennes contre le promoteur Éoliennes de l’Érable. Devant les tribunaux, elle a gagné en 2017 sa bataille pour protéger la confidentialité des données tirées de sa thèse. À l’automne 2018, elle a d’ailleurs publié un livre inspiré de cette saga judiciaire : L’affaire Maillé (Éditions Écosociété).

À l’été 2016, elle lance sa propre pratique de consultation en communication et médiation environnementales avec Notre Boite (http://www.notreboite.ca/). Elle accompagne des groupes dans les processus de consultation publique et dans diverses démarches de concertation avec comme objectif de renforcer les capacités d’action des collectivités. Elle est médiatrice accréditée par l’Institut de médiation et d’arbitrage depuis juin 2017.

En 2017, elle a publié avec Pierre Batellier l’essai Acceptabilité sociale : sans oui, c’est non aux Éditions Écosociété, un livre qui déconstruit avec rigueur et humour les mythes et les idées reçues autour du concept d’acceptabilité sociale.

À l’UQAM, elle enseigne la communication scientifique et supervise des étudiants et étudiantes des cycles supérieurs en sciences de l’environnement. À l’UQAR, elle enseigne la dimension sociale du développement territorial.

Pendant plus de deux ans, elle a administré en dilettante la page Facebook Décider entre hommes et le compte Twitter @Nosdecideurs, observatoire ludique de la surreprésentation injustifiée des hommes dans les sphères décisionnelles et d’influence. Elle siège au Conseil des Montréalaises depuis janvier 2018.

24 avril 2019