fbpx C3 s'entretient avec Élyse Arcand | Réseau des femmes en environnement
Aller au contenu principal
x

C3 s'entretient avec Élyse Arcand

Élyse Arcand

Au terme d’un baccalauréat en administration des affaires et d’un certificat en marketing, Élyse Arcand a travaillé dans les secteurs de la mise en marché et des relations gouvernementales en entreprise avant de devenir consultante en communication à son compte. Ayant choisi, en 2007, d’orienter sa pratique en lien à ses valeurs, elle a joint le Réseau des femmes en environnement où elle a notamment participé aux activités du conseil ayant mené à la création du Collectif Communication Citoyenne.

Parmi ses activités professionnelles, elle occupe la présidence du conseil d’administration du Réseau des femmes en environnement depuis 2018.

Le Collectif Communication Citoyenne (C3) s’est entretenu avec elle afin d’en apprendre davantage sur sa motivation intrinsèque et la raison d’être du Collectif Communication Citoyenne.

 

C3: Élyse, parlez-nous de vous.

Élyse: En quelques mots, je suis une spécialiste en communication-marketing persuadée que la discipline doit ajuster sa pratique à la réalité d’aujourd’hui. Naïvement peut-être, j’ai entrepris mes études en marketing dans les années 80 en me centrant sur le noble principe de comprendre et combler les besoins fondamentaux des consommateurs. Pourtant, j’ai vite constaté que le modèle économique fondé sur la croissance continue repose sur un concept de besoin dénaturé, c’est-à-dire crée et induit pour des fins de prospérité. Insoutenable, ce régime se heurte à la pérénité des ressources et à la préservation de rien de moins que l’habitat de l’humanité.

En contrepartie, j’ai la certitude de la portée immense que peut avoir la communication dans les transformations que nous menons collectivement et j’espère contribuer à sensibiliser les communicateurs de tous horizons à y prendre une part active.

Citation

 

C3: Pourquoi contribuer à C3?

Élyse: Le Collectif s’intéresse de près aux différents aspects de la communication responsable et plus spécifiquement à leur évolution dans le contexte québécois. Seul organisme dans son genre au Québec,  il m’apparaît le medium le plus opportun pour réfléchir, dialoguer, sensibiliser, outiller, former et diffuser les avancées en matière de communication responsable au plus grand nombre. Ses activités sont plus pertinentes que jamais et il importe maintenant de réussir à maximiser son rayonnement et celui de la pratique de la communication responsable.

 

C3: Selon vous, quelle est la portée réelle de la communication responsable?

Élyse: La communication responsable comporte des volets multiples touchant, par exemple, à l’éthique, la transparence, la promesse raisonnable, la diversité, la justice sociale ou le respect des publics. En ce sens, toutes les communications grand public doivent désormais s’assurer d’être responsables en plus d’être émises dans une perspective d’écoresponsabilité.

En effet, quel qu’en soit le secteur d’activité ou la finalité, nos communications ne peuvent plus encourager la surconsommation ni l’exploitation irraisonnable des ressources, mais plutôt viser, à chacune des étapes de leur déploiement, un impact neutre ou favorable à notre bilan environnemental et climatique. Cet élément primordial est transversal et complémentaire à ses considérations sociales.

En plus de rétablir la dialogue et la confiance du public, la communication responsable est la clé de la transition en faveur de milieux de vie plus sains aujourd’hui et pour les générations qui nous suivent.

 

Suivez-nous sur Facebook et LinkedIn pour en apprendre davantage sur les actions du Collectif Communication Citoyenne.