Aller au contenu principal
x
Forum international CECI / EUMC (Entraide universitaire mondiale du Canada)
18 au 20 janvier 2018

«Des solutions mondiales pour un monde fragmenté»

Session : Mettre l’égalité femmes-hommes au cœur de la lutte aux changements climatiques

Le Réseau des femmes en environnement est devenu l’un des membres associatifs du CECI (Centre d’étude et de coopération internationale) en 2017.  Dans ce contexte, un première partenariat CECI/Réseau des femmes environnement a pris la forme de l’organisation d’une session conjointe à l’occasion du Forum international CECI/EUMC   «Des solutions mondiales pour un monde fragmenté» qui s’est tenu à Ottawa du 18 au 20 janvier 2019.  https://internationalforum.ca/fr/a-propos/ Ce forum regroupe annuellement quelques 600 à 700 étudiant-e-s, universitaires, des -les, représentant-e-s des gouvernements, de la société civile et des mouvements sociaux en vue d’enrichir leurs connaissances, de débattre et d’échanger sur des innovations transcendant les frontières pour un développement mondial inclusif.

Cette session conjointe CECI/Réseau avait pour thème «Mettre l’égalité femmes-hommes au cœur de la lutte aux changements climatiques».  La session visait à  dégager une vision partagée des impacts différenciés des changements climatiques, avec un focus particulier sur les vulnérabilités des femmes et leur rôle d’agentes de changement. Elle visait également à  mettre en lumière des outils concrets pour positionner les femmes au cœur de l’action climatique. Les changements climatiques sont en effet un enjeu planétaire dont les impacts ne sont pas répartis également, exacerbant la fragmentation entre pays, groupes de la société et entre femmes et hommes. L’intégration du genre dans les réponses aux changements climatiques visent ainsi à mettre de l’avant des mesures mieux adaptées et plus efficaces, n‘accentuant pas les inégalités sociales et tenant compte des différences. 

Animée par Anne Delorme, coordonnatrice du Comité Québécois Femmes et Développement de l’Association québécoise des organismes de coopération internationale, les intervenantes d’horizons diversifiés au sein du panel et les participant-es ont partagé connaissances, approches éducatives et de prise de décision ainsi que des opportunités pour que les femmes et leur savoir-faire soient pleinement intégrés dans la lutte aux changements climatiques. Le panel était composé des personnes suivantes :
•    Laurence Bonin, membre de la Délégation de l’Université de Sherbrooke à la COP 22, agente de projet à la COOP Foret d’Arden
•    Mimose Félix, ingénieur-agronome, experte en analyse des rapports de genre, ex-Ministre délégué à la promotion de la Paysannerie (2012-2015), Haïti
•    Morgane Lassaux, cofondatrice du CIRKLA et ambassadrice climatique, Réalité Climatique d’Al Gore, membre de la délégation québécoise à la COP 23 
•    Alejandra Sobenes, avocate, fondatrice de l’Institut du droit de l'environnement et du développement durable du Guatemala (IDEADS) 

La session a mis notamment en évidence l’importance de collaborations et solidarités à établir entre femmes provenant de pays ayant des réalités très différentes mais qui militent pour un autre modèle de progrès et de développement respectueux de l’environnement, des droits humains et combattant les inégalités. Des femmes et des hommes qui travaillent à faire évoluer les comportements en faveur du bien-être de l’humanité.  Il est donc possible qu’une suite à cette session sur les changements climatiques se tienne lors du prochain forum pour continuer à construire dans cette direction.